Le mal qu’on fait

Cet hiver, un dimanche après-midi où j’étais malade, j’ai regardé Drucker, enfin, plus exactement Mireille Darc chez Drucker. Cette femme-là, je la trouve sublime de partout : corps, cœur, cerveau et supplément d’âme. Et puis Delon est arrivé … pala palalala … Lire la suite